Des cochons d'élevage

Comment pouvons-nous éviter une catastrophe climatique ?  

Lors de la COP28, le réseau QUATRE PATTES appellera à un changement des systèmes alimentaires mondiaux  

29.11.2023

Vienne, 29 novembre 2023 – La COP28 débute ce jeudi aux Émirats arabes unis. Objectif : résoudre la crise climatique. Le bilan mondial est catastrophique bien que les pays engagés à enrayer le réchauffement climatique aient mis en œuvre les Contributions déterminées au niveau national (CDN) ayant pour vocation de fixer ce réchauffement à 1,5°. Les systèmes alimentaires mondiaux représentant plus d'1/3 des émissions mondiales de gaz à effet de serre, le réseau QUATRE PATTES considère qu'il est nécessaire pour les gouvernements de s'engager à mettre fin à l'élevage intensif des animaux dans le cadre de leurs CDN et à réduire ainsi drastiquement la production mondiale de viande et de produits laitiers.  

Les discussions aborderont non seulement les combustibles fossiles et l'abandon progressif du charbon et du gaz naturel, mais pour la première fois, elles porteront également sur les systèmes alimentaires mondiaux. Les dirigeants des pays signeront une déclaration sur les systèmes alimentaires résilients, l'agriculture durable et l'action climatique. 

" Les émissions de gaz à effet de serre provenant de l'élevage intensif représentent au moins 16,5 % des émissions nocives pour le climat. Il faut se rendre à l'évidence, cette pratique joue un rôle clé dans l’accélération de la crise climatique. Nous connaissons tous les effets négatifs des combustibles fossiles, mais nous devons commencer à parler de la souffrance des milliards d'animaux dans notre système alimentaire actuel, qui est également en cause ". 

Josef Pfabigan, directeur général du réseau QUATRE PATTES 

Le bien-être animal et la crise climatique 

Actuellement, les animaux sont élevés pour répondre aux besoins d'un système défaillant qui privilégie le profit au détriment des préoccupations climatiques et soumet des êtres sensibles à un stress chronique, à la peur et à la douleur. Il est urgent d'adopter un autre modèle fondé sur des standards en faveur du bien-être animal. De plus, en réduisant le nombre d’animaux élevés, nous réduirons les émissions de gaz à effet de serre et donnerons plus d’espace aux animaux restants, qui pourront exprimer leurs comportements naturels. Un accès permanent aux pâturages et la limitation du nombre d’animaux dans les troupeaux sont des exemples de mesures pouvant directement améliorer le sort des 80 milliards d'animaux élevés chaque année, tout en ralentissant le changement climatique. 

" Malheureusement, la plupart des pays développent leurs élevages intensifs en investissant dans des nouvelles installations techniques plutôt qu'en privilégiant une véritable transformation durable de leurs modes d'exploitation. Nous appelons les pays à profiter de la COP28 pour s'assurer que leurs CDN visent à réduire le nombre d'animaux élevés en 2024 et accordent une plus grande importance au bien-être des animaux, qui font partie de notre environnement ", conclut M. Pfabigan. 

QUATRE PATTES sur les réseaux sociaux :

Restez à jour sur ce sujet et sur toutes les activités de QUATRE PATTES sur nos canaux de médias sociaux :

Recherche