Un chien viverrin élevé pour sa fourrure

Fashion Week 2024 : stop à l'exploitation des animaux

Être à la mode, mais à quel prix ?

26.2.2024

Paris, le 26 février 2024 - Fourrure, cuir, laine, duvet, peaux exotiques… les matières d'origine animale sont omniprésentes dans l’industrie de la mode, mais les animaux dont elles sont issues ont tendance à disparaître derrière les produits. Ce sont pourtant 5 milliards d'entre eux qui sont exploités chaque année à travers le monde pour répondre à la demande du marché mondial de l’habillement et de la maroquinerie. Souvent présentées comme “ naturelles ” et par conséquent plus “ durables ”, l’impact des matières animales sur les animaux, l’environnement et les droits humains est encore largement ignoré. Un constat qui n’a rien de surprenant lorsque l’on sait que l’industrie opère avec un total manque de traçabilité. Le dernier rapport du réseau QUATRE PATTES sur le bien-être animal dans la mode révèle que seulement 9% des marques ont recours à des certifications pour au moins la moitié de leur volume total de matières d’origine animale1.   

Dans ces zones d’ombre, les pires pratiques peuvent proliférer. Pour produire de la fourrure, environ 100 millions d’animaux sont élevés chaque année dans un déni total des besoins propres à leurs espèces, enfermés dans des cages exiguës, avant d’être abattus de manière très cruelle, généralement par électrocution anale (renards, chinchillas) ou gazage (visons). D’autres industries considérées comme plus vertueuses posent, elles aussi, problème, comme celles de la laine et du duvet. Plus de 10 millions d’agneaux en Australie subissent chaque année la pratique du mulesing, une mutilation très douloureuse qui consiste en l’ablation d'une partie de la peau de la croupe des agneaux, à l’aide de cisailles et le plus souvent à vif. D’apparence lointaine, cette pratique est loin d’être anecdotique puisque l’Australie fournit 90% de la laine utilisée dans le marché mondial de l’habillement. Il est par ailleurs très difficile de garantir la provenance du duvet, et donc de s'assurer qu'il ne soit pas issu d'animaux plumés à vifs ou qui ont été gavés. 

Le retard de l’industrie du luxe 

Alors que les plus grand.e.s créateur.rice.s défilent du 26 février au 5 mars pour la Fashion Week de Paris, QUATRE PATTES regrette que les marques de luxe accusent encore un retard important dans leur prise en compte du bien-être animal. De manière générale, l'industrie du luxe manque en effet de transparence sur l'origine des matériaux utilisés, avec notamment une trop faible part de produits d'origine animal certifiés, et elle a encore massivement recours à des matières issues d’animaux sauvages, telles que la fourrure et les peaux exotiques (crocodile, python kangourou…).  

À rebours des dernières connaissances scientifiques et des demandes citoyennes, certaines marques s’entêtent à utiliser des produits issus des pires pratiques. Au côté de la Fur Free Alliance, QUATRE PATTES mène une campagne pour demander à la marque de mode italienne, Max Mara, d’abandonner la fourrure, après que celle-ci ait obstinément refusé de répondre à nos demandes. 

Malgré ce triste tableau, les lignes bougent

Armani, Gucci, Prada, Versace… la liste des marques de luxe qui ont aboli l'usage de la fourrure ne cesse de s’allonger. 
Plus globalement, des progrès significatifs ont été obtenus ces dernières années dans l’industrie de la mode. Dans notre dernier rapport, 77 % des marques analysées ont mis en place une politique en faveur du bien-être animal, une augmentation de 12% comparé au niveau de 2021. Par exemple, plus d’un tiers des marques analysées ont pris un engagement, avec une date butoir, pour éliminer graduellement le mulesing de leurs chaînes d’approvisionnement2

Ces évolutions positives ont pu, en partie, être obtenues grâce à VOUS ! Il existe aujourd’hui une réelle prise de conscience de la cruauté exercée sur les animaux au nom de la mode. En apportant votre soutien aux campagnes de QUATRE PATTES et en adaptant vos habitudes de consommation, vous portez la voix des animaux et envoyez un message fort à l’industrie pour améliorer leurs pratiques.  

QUATRE PATTES sur les réseaux sociaux : 

Restez à jour sur ce sujet et sur toutes les activités de QUATRE PATTES sur nos canaux de médias sociaux :

Pour soutenir une mode 
respectueuse des animaux


Signer ici

Recherche